19 mars 2008

LA CHASSE - CRUISING

affiche_Cruising__La_chasse_Cruising_1980_2Synopsis : La police new-yorkaise enquête sur deux meurtres d'homosexuels appartenant à la tendance sado-masochiste, qu'elle pense être dus au même tueur. Le capitaine David Edelson, chargé de l'affaire, propose à un jeune policier en uniforme, Steve Burns - qui possède les caractéristiques physiques des victimes - d'infiltrer la communauté gay. Comme il ambitionne de devenir "enquêteur", Steve, voyant la possibilité d'une rapide promotion, accepte, en dépit du danger qu'il encourt. Installé dans un appartement de Greenwich Village, Steve fréquente toutes les nuits les lieux de rendez-vous homosexuels : bars, discothèques, boîtes de nuit, jardins publics. L'assassin, habillé d'un blouson de cuir à pièces métalliques cliquetantes, porteur d'une casquette de motocycliste et le visage dissimulé derrière des lunettes de soleil, frappe par deux fois encore..

Si certes Friedkin s'est planté dans sa carrière (c'est indéniable), il ne faut pas oublier des oeuvres comme L'exorciste, French Connection, Police Federale Los Angeles, le Convoi de la peur et ce Cruising, qui constituent un panel des plus grands films américains de ces trente dernières années. Ce qui caracterise le cinéma de Friedkin, c'est son ambiguité. Ses films troublent, agaçent... mais fascinent souvent. C'est le cas de Cruising, tiré d'un fait divers, qui exerce un pouvoir à la fois fascinateur et répulsif.

Cruising fut un échec considérable, intervenant après celui du Convoi de la peur quelques années plus tôt, échec qui l'affligeat. A l'époque du tournage, la communauté gay s'etait divisée : ceux qui ont accepté le film et les détracteurs qui s'y sont formellement opposés, empêchant ainsi le tournage d'arriver à son terme. Certains pensaient en effet que le film constituait une atteinte à la communauté gay. Friedkin expliquait pourtant que le film reflètait la realité qui lui avait été montrée. Ainsi, son film s'apparente à un documentaire du milieu Sado-Maso Underground new-yorkais au début des années 1980.

Particulièrement abject, Cruising s'attache à nous raconter la sombre histoire de Steve Burns (Al Pacino méconaissable), chargé d'infiltrer le milieu gay new-yorkais, afin de traquer un sérial-killer. Toute la thèmatique de Friedkin en somme : un héros qui traque sa proie jusqu'à en perdre ses propres repères. Steve s'acclimate très rapidement à cet « univers » qui lui est étranger. Il le dit lui-même quand son supérieur le charge de cette « mission ». Au fil de son enquête, le personnage de Steve semble évoluer. Ce n'est plus le flic discret et ambitieux du début. En ce sens, le film décrit une transformation, comme souvent chez Friedkin. Cette « expérience » lui donnera de l'assurance, mais le confrontera en même temps à ses propres ambivalences : Steve peut à tout instant basculer de « l'autre cotê ». A cet égard, Friedkin clôt son film laissant le spectateur dans le doûte le plus total : Steve finit-il comme eux ? a-t-il changé ?...

Cruising est donc un film sur les apparences : qui est vraiment le héros ? comme la plupart des personnages friedkiniens, souvent ambigus au possible (de Popeye Doyle dans French Connection à Richard Chance de Police Federale Los Angeles) on en sait peu sur  Steve Burns. A ce sujet, Friedkin s'exprime : « Des influences comme Samuel Beckett et Harold Pinter m'ont appris que l'on ne sait rien sur les personnages, ils ne font que parler simplement, discuter, mentent peut-être. Ce qu'ils disent n'est peut-être pas la vérité. On a très peu d'indices pour savoir qui ils sont vraiment ou ce qu'ils pensent. Il n'y a que leur comportement et ce qu'ils disent. ». Ces dires  confirment l'une des séquences de Cruising : au début du film, l'un des tueurs descend un escalier. Un peu plus tard, le même plan, mais cette fois centré sur Steve. Friedkin laisse planer le doûte sur l'identité du tueur. Friedkin expliquait que personne n'avait jamais su si un tueur était à l'origine de tous ces meurtres. Quand on connaît un peu le cinéaste, on peut imaginer qu'il s'agit d'un pretexte pour réaliser un film sur les troubles de l'identité.

Les dernières séquences du film reflètent bien cette démarche: Steve se regarde dans le miroir, se demandant : qui suis-je  réellement ? et finit par interpeller le spectateur : savez réellement qui je suis ? en somme, je ne suis pas ce que vous pensez. Ce qu'on voit en surface n'est qu'une illusion. Dans Police Federale Los Angeles, Richard Chance voulait venger son partenaire, abattu par des truands. Mais jusqu'ou pouvait-il aller pour atteindre la frontière ?

Quand on arrive au terme du métrage, on ne sait pas quoi penser de ce Cruising. C'est seulement avec le recul qu'on encaisse. Un film plutôt étrange, mais fascinant en soi. Archétype même du film qu'on aime ou qu'on déteste.

Posté par bloodysam01 à 17:49 - - Commentaires [9] - Permalien [#]


Commentaires sur LA CHASSE - CRUISING

    ++

    Au-delà du film en lui-même dont je t'ai déjà parlé sur le forum, je trouve que tu cernes bien Friedkin dans cet article. Voir "Bug" où tout ce que tu dis s'y retrouve très bien...

    « Des influences comme Samuel Beckett et Harold Pinter m'ont appris que l'on ne sait rien sur les personnages, ils ne font que parler simplement, discuter, mentent peut-être. Ce qu'ils disent n'est peut-être pas la vérité. On a très peu d'indices pour savoir qui ils sont vraiment ou ce qu'ils pensent. Il n'y a que leur comportement et ce qu'ils disent. ».

    Tout Friedkin ça... et j'aime beaucoup. Dommage cependant qu'il manque parfois d'imagination d'un point de vue mise en scène...

    Posté par chris, 24 mars 2008 à 23:50 | | Répondre
  • yep

    100 % d'accord avec ton avis. Pour ma part je suis un grand fan de Friedkin, je le trouve sous-estimé. Il a tant fait de films tombés un peu dans l'oubli, c'est dommage.

    J'ai adoré "Cruising". Pour me situer dans la catégorie "aime" et non pas "déteste". Je crois que je n'ai pas beaucoup détesté Friedkin dans sa carrière. Même ses moins bons films, je les trouve toujours intéressant. Je pense notamment à "Traqué". Très bon film à mon sens.

    Sa dernière oeuvre "Bug" est également une grande, grande,grande réussite.

    Bravo pour cette critique, je la trouve très mature. ^^

    Posté par Michael, 25 mars 2008 à 09:59 | | Répondre
  • Chris and Mike

    Merci à vous deux pour vos commentaires...

    Posté par Hartigan, 25 mars 2008 à 12:52 | | Répondre
  • J'ai vu ce film une fois dans ma vie au cinéma. Il est ressorti il y a peu de temps, je voulais retourner le voir mais je l'ai loupé. J'avais trouvé pas mal mais je n'en ai plus beaucoup de souvenirs. Désolé. J'y avais surtout été pour Al Pacino (un de mes comédiens préférés). De Friedkin, son dernier film bug, je reconnais le talent de la mise en scène mais l'histoire est insupportable. "Jade" et "Hunted" ne sont pas les meilleurs films que j'ai vus (les scénarii ne sont pas terribles). Le seul que j'aime vraiment c'est "To Live and Die in L.A."

    Posté par dasola, 11 avril 2008 à 08:21 | | Répondre
  • Dasola

    Totalement d'accord concernant "Bug". J'aimerai bien le revoir, mais j'ai le souvenir que Friedkin se perdait un peu dans cette histoire (comme nous d'ailleurs). Dommage parce qu'avec un petit moins de prétention, c'était génial.

    Concernant Traqué & Jade : d'accord aussi. Jade n'est pas terrible terrible, mais personellement, j'aime beaucoup Traqué. Le combat final est incroyable. Pas le plus grand film du cinéaste mais un retour en force quoi...

    Et je suis à 100 % d'accord sur "To live and die in LA", immense, selon moi le deuxième plus grand polar des 80's (avec "Les Anges de la nuit"). Je me le refais très souvent....

    Merci pour le passage ++++

    Posté par Hartigan, 11 avril 2008 à 12:49 | | Répondre
  • J'ai très envie de voir Cruising. On m'en avait déjà parler en bien et ton article ne fait que le confirmer. C'est marrant, a posteriori, de voir comme au début de sa carrière Pacino a incarné deux rôles (avec une après midi de chien) autour de la communauté homo.

    Posté par neil, 12 avril 2008 à 09:59 | | Répondre
  • hey hartigan !

    J'ai très envie de découvrir ce film, mais je ne sais pas comment me le procurer...

    Posté par Wolvy, 04 juillet 2008 à 07:53 | | Répondre
  • Longtemps

    J'ai vu ce film il y a longtemps et difficile d'avoir un avis tant cette oeuvre se veut austère et dérangeante.
    Sinon, je tiens aussi un blog sur le ciné: peut être pourrions nous partager des impressions sur nos blogs respectifs?
    Voici l'adresse:
    http://cinemadolivier.canalblog.com/
    à bientôt j'espère!

    Posté par eelsoliver, 01 novembre 2008 à 20:57 | | Répondre
  • NOTE DE PRESSE : Publication ebook du Roman MAPAMUNDI de Christophe Paul en langue française.

    MAPAMUNDI de Christophe Paul (630p.) version française.
    Sur la plateforme Amazon kindle, à un prix promotionnel de lancement de 3€.

    « Une oeuvre légère, conçue pour distraire nos soirées, plongés dans cette aventure au rythme effréné qui passionne jusqu’au bout, avec son épilogue insolite. » Silvia Gómez.
    C’est un roman de divertissement, sans aucune prétention « ...difficile à cataloguer, entre thriller policier et aventure à l’Indiana Jones actualisée à nos jours. Mais cette fois-ci c’est deux jeunes femmes qui mènent le rythme effréné de l’action... » Claudia Reberte
    Mapamundi est construit comme un film. C’est un thriller d’action rapide et distrayant, qui n’a d’autre mission que de vous faire passer un moment agréable, voyager et rêver.
    Pour en savoir plus : http://www.amazon.fr/dp/B008CTJTZS ou http://www.amazon.com/dp/B008CTJTZS

    Voici quelques liens concernant le livre :

    BookTrailer en Français : http://youtu.be/SoANK3Vf9gw
    Site officiel du livre en français : http://www.mapamundi-lelivre.com
    Sur facebook : http://www.facebook.com/MAPAMUNDIlanovela

    Posté par Lennon, 31 juillet 2012 à 23:49 | | Répondre
Nouveau commentaire